Inter club:"A quand la fin de l'apprentissage des clubs Burkinabè?"

Les deux représentants du Burkina Faso en compétitions africaines sont passés à la trappe. En Ligue des champions comme en Coupe de la confédération, le Pays des Hommes n’a plus de représentants. Comme d’habitude serait-on tenté de le dire. Les années se suivent et se ressemblent pour le football burkinabè. Encore une fois, nos clubs ont été sortis dès la première heure.

Prématurément, le Racing club de Bobo-Dioulasso et l’Union sportive des forces armées, puisque c’est d’eux qu’il s’agit, se sont arrêtés au terminus du premier tour éliminatoire des coupes interclubs du continent après un simple aller-retour respectivement entre le Mali, le Maroc et le bercail. Malgré le leger avantage de recevoir au match retour, nos représentants n’ont pas su voyager pour revenir assurer leurs qualifications à domicile. Le constat est amer, mais est d’une réalité implacable : le football du Burkina Faso est dans un perpétuel apprentissage et dans une spirale d’échec que même le brin de laurier récolté par la sélection nationale en Afrique du Sud ne saurait dissimulé. La providence n’a plus sa place dans le football actuel encore moins l'amateurisme, l'improvisation et le manque d'ambition. En Ligue des champions les Tigres de Diaradougou, le RCB, opposés au Stade malien de Bamako ont littéralement brouté l'herbe. Se transformant du coup en herbivores face à un adversaire qui n’a pas encore débuté son championnat national. Les Fauves de Bobo-Dioulasso ont mordu la poussière dans la double confrontation contre la formation malienne. Les poulains d’Oscar BARRO, se sont inclinés sur les scores de 3-1 et 1-0. Aux dernières nouvelles, le coach Oscar BARRO a remis sa démission à la direction de son club. Nous y reviendrons avec plus de détails. Quant à l’élimination de l’USFA, elle est symptomatique, des difficultés qu'éprouvent nos clubs à aller chercher un résultat positif loin de leurs bases. Désarmés et battus sur le score de 3-0 au Maroc par le Kawkab Marrakech, la formation des forces armées dos au mur, a décidé de sortir l’artillérie lourde pour remettre les pendules à l’heure à la maison. La mission a été accomplie après le temps réglementaire. Cependant, le commando d’Issa Balboné a manqué de munitions durant la séance de tirs aux buts. A l’issue d’une séance de six tirs de part et d’autre, l’USFA a touché 4 fois le coeur de la cible, tandis que le Kawkab a été adroit à 5 reprises. D’aucuns diront que l’USFA est tombée les armes à la main. Nous pensons par contre que nos militaires ont abordé cette double-confrontation avec la fleur au fusil en ayant à l’esprit, L’idée de limiter la casse. Fin de course donc pour les ambassadeus du football, local qui reviendront batailler pour un autre titre de champion et lutter pour la Coupe du Faso.Et là question qui se pose est de savoir jusqu'à quand sa va durer ainsi. Qu'à cela be tienne il faut que les clubs burkinabé s'inculquent les attitudes de club qui veulent briller sur le continent. Ça passe forcément par des investissements conséquents en termes d'infrastructures, de recrutement de joueurs compétitifs. Sa passe donc par un projet claire qui montre les ambitions qu'on nourrit.Espérons enfin une concrétisation deapprentissage de là part des clubs burkinabé..

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

COPYRIGHT 2015 SPORTDROME - BBA BURKINA FASO