Sportdrome a discuté avec Olympe Gantin, défenseur de l'ASFA Y. (Burkina)

Passionné du ballon rond, Olympe Gantin, passé par Njalla Quan sport Academy (Cameroun), Generation Foot (Sénégal), Benin Foot de Roger Janvier Rama (Bénin) avant de rejoindre les Mambas Noirs, le Mogas 90 et l'AS Douane du Niger, découvre le Faso Foot (Division 1) et plus particulièrement l’ASFA Yennenga et le Burkina où il évolue actuellement après une belle campagne africaine en Coupe de la CAF avec Energie FC du Bénin. L'international béninois de 26 ans (défenseur), nous a livré un long entretien à Ouagadougou (Burkina Faso) dans lequel il nous plonge dans les différents moments de sa carrière.

 

Comment as-tu débuté au football ?

Il faut avouer que depuis tout petit le football était une passion pour moi. Je l'ai toujours répété à mon géniteur mon papa que j'aime le football et que je voulais faire une carrière footballestique. Donc à l'âge de 11 ou 12 ans, on avait lancé un test de détection pour le Cameroun. Papa est venu me l'annoncer et m'a dit si j'étais intéressé. Je lui ai dit que c'est une occasion à saisir. C'est ainsi que nous sommes rendus à Cotonou pour le test. J'ai fait ledit test, ça a bien marché. C'est ainsi qu'on s'est envolé pour le Cameroun, le pays de Samuel Eto'o. Là bas, j'ai intégré le centre de formation "Njalla Quan Sport Academy" où j'ai pu passer deux bonnes années de formation. Après, je suis revenu au pays pour intégrer le centre de formation "Bénin Foot". J'ai aussi fait deux ans là bas. Lors de la troisième année, je suis allé au Sénégal dans le centre de formation "Génération Foot" où j'ai eu la chance de côtoyer quelques joueurs dont la star sénégalaise aujourd'hui, Sadio Mané. Quelques béninois aussi comme Désiré Segbe Azankpo. Nous avons jouer ensemble. Là bas, c'était sous forme de stage.

 

Pendant ce temps, il y avait la sélection junior du Bénin qui frappait à ta porte. Comment s’est déroulée ton arrivée ?

En 2010, j'ai été convoqué en équipe nationale junior sous l'ère du sélectionneur Eustache d'Almeida. J'ai rejoint le groupe qui était logé dans le temps au centre du président Ajavon Sébastien, C.I.F.A.S (Centre International de Football Ajavon Sébastien). On a fait un mois de préparation avant de recevoir le Burkina Faso à domicile où on a fait un match nul. Après nous sommes allés à Ouagadougou pour défier les Étalons Juniors qu'on avait éliminé aux tirs au but. Cette victoire nous a permis de se qualifier pour le tour suivant des éliminatoires de la CAN Junior. Nous sommes tombés sur le Ghana et là, nous sommes vraiment tombés. Au match aller, ils nous ont battu 2-0 à domicile, et au match retour chez eux, c'était 4-1.

 

Quel souvenir gardes-tu de ce passage ?

C'était une belle expérience. Je ne regrette rien. J'ai appris beaucoup de ça. Je pouvais déjà dire à quelqu'un que, dans un match international, il y a telle ou telle chose qui se passe. Durant ce match aussi, j'ai rencontré, André Ayew qui était aussi dans l'effectif du Ghana en 2010.

 

Tu es rapidement repéré par un club local, qui te fera recruter et où tu y joueras pour une saison ...

Exactement (sourire). Après la campagne avec l'équipe nationale junior, le président du club les Mambas Noirs, m'a fait appel et m'a dit qu'il aimerait travailler avec moi. Que je fasse la saison avec son effectif de Mambas Noirs. J'ai accepté et j'ai signé un contrat d'un an avec eux. Après je me suis retrouvé au Mogas 90 pour un bail de trois ans. Enfin, avec les rouge et blanc d'Energie FC, en 2017 lors de la saison de transition qui nous a conduit en coupe de la Confédération Africaine de Football (Coupe CAF) où on a fait une très belle campagne.

 

Avant Energie FC en 2017, tu étais dans une autre aventure au Niger grâce à un monsieur bien connu dans le milieu du football béninois ?

Effectivement, j'ai reçu un contact venant de Wilfried Ayedon après mon passage au Mogas 90. Il m'a fait une proposition sur le Niger et m'a parlé de l'AS Douane. Je n'ai pas hésité comme il n'y avait pas de championnat au pays, j'étais obligé d'accepter. Et c'est comme ça que je suis allé au Niger où j'ai signé un contrat d'un an avec l'AS Douane, un des grands clubs du Niger. En cette année, j'ai eu la chance de participer à une campagne africaine avec eux. On a joué les Tours Préliminaires face au Wydad (Maroc). J'étais dans l'effectif à Casablanca. On a été battu 2-0 chez eux. Au match retour à Niamey, on a fait 2-2. Dans la même année, j'ai été vice champion avec le club en 2016.

 

Après le Niger, direction Burkina Faso, Et plus précisément dans un grand club, l'ASFA Yennenga. Comment s’est réalisé le transfert ?

Courant fin juillet 2018, je suis venu à Ouagadougou après des échanges préalables avec l'ASFA Yennenga. J'ai rejoint le groupe et après trois semaines de travail, je suis tombé d'accord avec le club. C'est comme ça que j'ai pu signer mon contrat et je suis devenu officiellement joueur de l'ASFA Yennenga.

 

Comment te sens-tu à l'ASFA Yennenga ?

Ça se passe bien. Je rends grâce au Seigneur. Après quelques matchs amicaux, on a joué la coupe de la Ligue avant le démarrage du championnat (Faso Foot, Division 1- Burkina). Nous sommes tombés en demi-finale face aux douaniers de l'AS Douane. L'intégration n'a pas été difficile pour moi. Aussi, j'ai su gagner très vite la confiance du coach, du staff technique, des joueurs et tous ceux qui travaillent pour le club. Contrairement à l'année dernière en Faso Foot, l'ASFA se porte bien avec la prise de conscience des joueurs.

Réalisation : Ablam GNAMESSO, le 03 Décembre 2018

Interdiction formelle de reprise de cet article sans la mention: www.sportdrome.com

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

COPYRIGHT 2015 SPORTDROME - BBA BURKINA FASO